Menu Contenu
Anne Sarah Kertudo, la voix des « déniés de justice »
Le 18 juin 2019, l’Association Droit Pluriel était à l’honneur. Le comité national coordination action handicap (CCAH) l’a désignée comme lauréate de son prix annuel dans la catégorie « changer le regard ». Cette nomination récompense le travail mené par Droit pluriel pour former les professionnels de la justice à l’accessibilité, faire évoluer leurs représentations autour des situations de handicap et favoriser ainsi l’accès des personnes handicapées au droit et à la justice. L’occasion d’évoquer le travail de cette association, soutenue par la Fondation Handicap Malakoff Médéric et accompagnée par le Défenseur des Droits, à travers le portrait qu’Apriles a consacré à sa fondatrice, Anne-Sarah Kertudo.
>> Lire la suite...
 

Abonnez-vous!

>> en savoir plus
 
>> Consultez les dernières lettres d'Apriles
 
Le Reflet s’illustre
Il y a quelques mois, Apriles consacrait une fiche au Restaurant le Reflet, à Nantes. Un restaurant extraordinaire puisque cette entreprise ordinaire a relevé le défi d’intégrer dans son équipe six personnes porteuses d’une trisomie 21. Aujourd’hui cette belle aventure fait l’objet d’un livre. Joliment illustré, cet ouvrage a pour vocation de partager à grande échelle le savoir-faire de l’association Trinôme 44, qui a porté le projet, et de diffuser le plus largement possible cette expérience afin d’inciter un plus grand nombre d’employeurs à embaucher des personnes porteuses de handicap. D’autres initiatives similaires ont d’ailleurs vu le jour à Nîmes ou encore à Rennes et Paris avec les cafés Joyeux. Prix 20 euros à commander sur http://projet-lereflet.fr/ notre-livre/ 
 
Accueil arrow Le réseau arrow Les acteurs du mois arrow Marie-Martine Lombard : "Il faut envisager l’action sociale sous l’angle sociétal"
Marie-Martine Lombard : "Il faut envisager l’action sociale sous l’angle sociétal" Convertir en PDF Version imprimable Bookmark and Share Votre email
Marie-Martine Lombard fait partie des 200 correspondants locaux de l'agence Apriles. Chargée de mission développement social local à la Direction des solidarités du Conseil Général de la Drôme, elle plaide pour un portage politique fort du DSL.

Racontez-nous votre rencontre avec le DSL...

Marie-Martine Lombard : Ma militance pour le DSL est liée à mon engagement politique dans la commune de Lus-la-Croix-Haute, lieu de l’action "Des mémoires pour la mémoire", une œuvre collective qui a permis de redonner le pouvoir d’agir à des personnes âgées fragilisées par l’isolement ou le désoeuvrement. L’action fait boule de neige : les personnes renouvellent l’image qu’elles ont d’elles-mêmes et sont rendues à la citoyenneté. Convaincu par l’initiative, le Conseil général de la Drôme a créé mon poste de chargé de projets DSL. Un concept proche de l’idée de démocratie participative, et qui envisage l’action sociale sous l’angle sociétal.

Qu’est-ce qui a présidé à votre adhésion à Apriles ?
Marie-Martine Lombard : Il est important de sentir qu’une action menée localement est soutenue au niveau national par une instance militante, où les acteurs se rassemblent pour construire une “universalité de pensée”. C’est pour soutenir ce foisonnement d’idées que j’ai adhéré à Apriles dès sa création en 2006 dans le cadre de mon action au sein du département.

Que vous apporte Apriles ?
Marie-Martine Lombard : Apriles est un outil de référence parce que les actions partagées sur le site démontrent comment la mise en commun des forces vives du territoire pallie, aujourd’hui plus que jamais, la carence financière grandissante des collectivités locales et des autres acteurs de la question sociale. Je n’hésite donc pas à renvoyer sur le site. Au-delà de ce foisonnement d’idées innovantes, Apriles est un réseau vivant qui permet l’échange entre les acteurs et inspire les novices. En ce sens, beaucoup de gens m’ont contacté, par le biais de l’annuaire des correspondants locaux, à la suite de l’action à Lus-la-Croix-Haute. Ce sentiment d’appartenance à un réseau, ravivé par la réunion régionale de Lyon en mai dernier est un moteur d’action.

Quelle est la plus value d’une agence nationale du DSL ?
Marie-Martine Lombard : Les acteurs des territoires ont souvent des visions différentes du DSL : Apriles s’en fait la caisse de résonance. En cela, je suis persuadée de l’importance d’un portage national du DSL qui donne crédibilité et légitimité à nos actions individuelles. L’impact en est grandi. Il est bon de pouvoir renvoyer vers Apriles dont la mission de sensibilisation est aussi politique car elle s’adresse également aux élus. En ce sens, je souhaite qu’Apriles continue de promouvoir le DSL, réponse pertinente à l’effritement des solidarités, surtout aujourd’hui, où la carence financière exige des acteurs des initiatives créatrices de lien et peu coûteuses. A l’avenir, je compte sur Apriles pour rester un levier d’action et donner le ton de nos initiatives.

Propos recueillis par Marie Janicot

Voir la fiche contact de Marie-Martine Lombard

 
 
< Précédent   Suivant >