Menu Contenu
Monique Fournier Laurent - « S’investir auprès des jeunes, c’est rester jeune ! »
Monique Fournier Laurent est la preuve que la retraite porte bien mal son nom. Depuis 10 ans, cette habitante de Creil ne cesse de militer pour une citoyenneté active au service de la collectivité. Des convictions dont elle s’est fait l’écho dans plusieurs ouvrages et qui motive son engagement auprès des jeunes, au sein du collectif GR21 et son implication dans sa ville. 
>> Lire la suite...
 

Abonnez-vous!

>> en savoir plus
 
>> Consultez les dernières lettres d'Apriles
 
Apriles aux Assises de la Protection de l’Enfance

Les 28 et 29 juin prochains se tiendront au Palais des Congrès de Nantes les 11ème Assises de la Protection de l’Enfance. Inspirées du célèbre jeu des 7 familles, elles auront pour thème « Dans la famille jeprotègelenfant je voudrais… tous ceux qui répondent à ses besoins ». Comme pour les précédentes éditions, Apriles et l’Odas vous accueilleront sur leur stand. Ils mettront à la disposition des congressistes plusieurs fiches-action issues de leur expertise, dont certaines consacrées à des initiatives présentées au cours des cinq ateliers thématiques du vendredi matin.
Télécharger le programme

 
Accueil arrow Le réseau arrow Les acteurs du mois arrow Jean-Luc Olivaux, retraité, membre du collectif Prim « Ouvrir les écoles à tous les citoyens ! »
Jean-Luc Olivaux, retraité, membre du collectif Prim « Ouvrir les écoles à tous les citoyens ! » Convertir en PDF Version imprimable Bookmark and Share Votre email
Ce n’est pas encore de notoriété publique, mais Pierrefitte-sur-Seine, ville de Seine-Saint-Denis, dispose d’un gisement de ressources d’une richesse inégalée… Ses habitants ! Jean-Luc Olivaux, tout jeune retraité, fait partie d’un collectif de Pierrefittois décidé à profiter de la période pré-électorale pour se faire entendre. Des réunions intitulées « musculations citoyennes » invitent les habitants à réfléchir à leur avenir et à formuler des propositions concrètes pour la Cité auprès des futurs candidats. Une façon de faire du prochain scrutin municipal à Pierrefitte, un authentique moment citoyen.

Apriles : Prim, ça veut dire Pierrefittois réunis dans l’Intérêt municipal… C’est quoi exactement? Un nouveau parti ?
Jean-Luc Olivaux :
Non, surtout pas ! Nous sommes une quinzaine d’habitants fatigués du défaitisme ambiant qui avons décidé de nous organiser pour participer au débat public dans une démarche positive, absolument non partisane. Notre souci est également de favoriser l’implication de personnes de toutes origines, de toutes conditions et de tous âges qui se sentent souvent exclues ou pour le moins pas concernées par ce débat. L’enjeu n’est pas d’être élu mais d’être force de proposition auprès de tous les candidats avant les élections municipales de 2014. Nous nous définissons plutôt comme un club de réflexion sur la politique locale…

Apriles : Comment fonctionnez-vous du coup ?
J-L.O. :
Et bien nous nous réunissons régulièrement dans le cadre de réunions appelées musculations citoyennes. Il n’y a pas d’entre soi, ces réunions sont publiques et tous les Pierrefittois sont invités à y participer. Avec la trentaine d’habitants qui nous rejoignent à chaque fois, nous discutons de sujets qui nous concernent tous. La première réunion en septembre était consacrée à la jeunesse dans la ville. Lors de la seconde en octobre nous avons travaillé à l’aménagement de notre ville et du vivre ensemble lors de la troisième, début novembre.

Apriles : Les thèmes sont libres ?
J-L.O. :
On peut parler de tout évidemment, mais nous avons réalisé un calendrier de six réunions devant traiter de plusieurs questions, les six thèmes ayant été choisis par les participants à la première réunion de préparation. Les trois prochaines rencontres seront consacrées aux questions de sécurité (violences, prévention, rapport hommes-femmes), au fonctionnement et à la gestion municipale, et enfin à la démocratie locale (concertation, participation des habitants).

Apriles : Comment se déroulent les réunions ?
J-L.O. :
Nous avons élaboré un format qui permet d’aborder les questions de façon large et précise dans un climat de respect et d’écoute où chacun peut s’exprimer quelles que soient ses convictions et sa situation sociale. A chaque fois, une personne est chargée de plancher un peu sur le thème en amont et de faire un petit discours introductif pour poser la problématique. Nous laissons ensuite la parole à deux intervenants, par principe extérieurs à la ville. Personnes qualifiées, ils livrent alors leur témoignage sur une « bonne pratique » ainsi que leur analyse. Puis on débat pour faire une sorte de diagnostic de la situation de notre commune au regard du thème du jour. Ensuite les participants sont répartis en petits groupes de sept qui, tout en dînant, formulent des propositions. Celles-ci sont enfin mises en commun et soumises au vote de l’assistance pour sélectionner celles que l’on veut soumettre aux candidats.

Apriles : Quelles sont les éléments concrets qui résultent de votre démarche ?
J-L.O. : Et bien par exemple, lors de la première musculation citoyenne organisée le 20 septembre autour de la jeunesse, nous avons formulé une dizaine de propositions parmi lesquelles l’organisation d’une journée de l’enfant afin que les plus jeunes puissent exposer au cœur de ville l’ensemble des créations réalisées dans les écoles et les ateliers. Nous proposons aussi que les établissements scolaires, premiers lieux collectifs d’un quartier, puisse s’ouvrir aux habitants pour leurs projets festifs et culturels, mais aussi pour des activités intergénérationnelles. Nous suggérons enfin, en partenariat avec les institutions et les commerçants, de réaliser un « guide du routard » des jeunes à Pierrefitte.

Apriles : Et vous pensez que vous allez être entendus ?
J-L.O. :
On l’espère…La municipalité actuelle est bienveillante à notre égard. C’est d’ailleurs elle qui nous prête les locaux dans lesquels nous nous réunissons. L’idée est d’organiser une rencontre publique réunissant tous les candidats et les Pierrefittois autour de nos réflexions. Il s’agit plus de soumettre des propositions constructives élaborées grâce à nos échanges afin d’alimenter les programmes, plutôt que de travailler sur le mode de l’interpellation. Le maire est ouvert au dialogue, et nous pensons qu’il acceptera de se plier à l’exercice. Quant aux challengers que nous ne connaissons pas encore, il nous semble qu’ils auraient beaucoup à perdre en déclinant notre invitation.

Propos recueillis par Sebastien Poulet-Goffard
 
< Précédent   Suivant >