Menu Contenu
Marie Françoise Fuchs, une vieillesse pleine d’avenir
A 85 ans, Marie-Françoise Fuchs n’a rien de la mamie gâteau et encore moins de la mamie gâteuse. Cheveux coupés courts, silhouette impeccable en pantalon, col roulé, elle vous accueille avec une tasse de thé et cette aisance toute naturelle des gens bien né. Dans son bureau, donnant sur la cour d’un immeuble ancien face au Louvre, les livres ont pris le pouvoir, allant jusqu’à investir le canapé. Il est vrai que cette petite femme aux faux airs de Françoise Giroud, n’est pas du genre à s’alanguir. Il y a 10 ans, à l’âge ou d’autres ressassent leurs souvenirs, elle a créé l’association Old’Up, dont elle vient de céder la présidence au Professeur Philippe Gutton. « Avec Old’Up, les vieux debout revendiquent d’être une richesse et de se sentir utiles à notre société. J’ai mis toute mes forces à faire remonter leur parole, comme je l’ai fait avant pour les femmes et les grands parents ».

>> Lire la suite...
 

Abonnez-vous!

>> en savoir plus
 
>> Consultez les dernières lettres d'Apriles
 
Vous avez dit alternatif ?
Le Collectif pour la transition citoyenne vient de publier un « Guide de création des lieux alternatifs ». Il met en lumière une vingtaine de lieux oeuvrant pour une transition écologique et solidaire (ressourceries, bars solidaires, épiceries coopératives, ateliers collaboratifs…), dont le fonctionnement, les activités et le développement sont décrits en détails. Présenté sous forme de fiches, ce guide propose aussi des conseils pour créer sa propre structure. Le guide est diffusé par les partenaires du Collectif et librement téléchargeable en ligne en cliquant sur ce lien.

 
Accueil arrow Le réseau arrow Les acteurs du mois arrow Alain Arrouët : "Attention Lisieux !"
Alain Arrouët : "Attention Lisieux !" Convertir en PDF Version imprimable Bookmark and Share Votre email
 Responsable de l’action sociale territorialisée de la Caf du Calvados

>> Tout jeune déjà, Alain Arrouët voulait se rendre utile. Une ambition qui a guidé l'ensemble de sa carrière: des écoles du Congo Brazzaville aux quartiers de Lisieux, son parcours et son engagement en font un acteur DSL de premier plan. Alain Arrouët est responsable de l’action sociale territorialisée de la Caf du Calvados. Un titre trop pompeux à son goût. Lui préfère se présenter comme responsable des 13 centres sociaux gérés par la caisse en partenariat avec les villes du département. "C’est plus simple et plus clair" explique-t-il. Et puis, à tout prendre, il préfèrerait qu’Apriles dresse le portrait d’un autre de ses collègues, un directeur de centre par exemple. C’est peu dire qu’Alain Arrouët n’aime pas se mettre en avant. Une humilité qui lui vient de ses origines bretonnes et de son éducation religieuse.

Comme tous les Bretons...
Lorsqu’il est enfant et jeune homme, Alain est catholique, "comme tous les bretons". Et c’est dans ce ferment spirituel que s’épanouit, très jeune, son envie "d’être utile et de rendre service". Dès lors, il n’est pas étonnant qu’il commence sa carrière au Congo Brazzaville, où il passe deux ans en tant que coopérant au début des années 70. De retour d’Afrique, "avec des souvenirs extraordinaires", c’est dans le social qu’il s’oriente, naturellement. Un temps attiré par le métier d’éducateur spécialisé, il s’en détourne rapidement car il ne veut pas "travailler auprès d’un public captif à l’âge trop ciblé".
68 n’est pas loin et Alain voit dans le métier d’animateur socioculturel une belle façon d’être proche des gens tout en faisant bouger les choses : "dans le canton, la ville, le quartier… Dans le vrai monde quoi". Empirique et constituée de nombreux stages, la formation lui plait. Il s'imprègne des écrits de Saul Alinsky1. C'est peu après l’obtention de son diplôme, à Lisieux, en rejoignant l'équipement socioculturel Caf du quartier d’Hauteville, que le jeune animateur trouve son terrain.

Face à la crise
Nous sommes en 1977, la crise dont tout le monde parle n'est pas encore arrivée en Normandie. "C'est l'époque où les chômeurs sont si peu nombreux que L'ANPE les connait tous par leur prénom", se souvient Alain. Lui, et son équipe proposent et impulsent des activités éducatives sur le quartier, "mais on était dans le registre du loisir ». En 1984, la crise s'installe, les grandes industries du coin dégraissent et des charrettes de licenciés frappent à la porte du centre. "C'est là que les problèmes sociaux se font jours. Le type qui pointait tous les jours à l'usine, on ne savait pas qu'il était illettré... "

Laboratoire du DSL
Proposer des activités de loisir ne suffit plus. "Dépossédés de leur emploi, les pères et les mères de familles se sentaient nuls. Dans la structure, on s'est dit que notre boulot, c'était de redonner un sentiment d'utilité sociale aux gens, en partant de leurs compétences...". Le réseau d'échanges de savoirs de Lisieux naît en 1987. Cette stratégie de transmission transforme le regard des habitants sur eux-mêmes et la manière d'opérer des professionnels: "désormais, on ne propose plus, on accompagne les projets portés par les usagers du centre". 

Au début des années 90, l'expérience et son évaluation font l'objet d'un ouvrage publié en partenariat avec l'université de Caen: De l’usager à l’acteur, de l’assistant au partenaire2. Une aventure qui convainc Alain d’engager les équipements de la Caf du Calvados dont il a la responsabilité dans une démarche de Développement Social Local. Dotés en 2005 d'un référentiel d'intervention commun, les 13 centres socioculturels harmonisent leurs techniques d'accompagnement des projets menés sur les quartiers. L'avenir du DSL avec le renouveau de la crise? "Il est sans fin puisque tout part des habitants".

Sébastien Poulet-Goffard

1 - Manuel de l'animateur social. 1971, Paris, 251p
2 - Réseau d’échanges de savoirs de Lisieux, 1990, De l’usager à l’acteur…de
l’assistant au partenaire, Lisieux, France, Caisse d’allocations familiales du
Calvados, 137 p.

 
< Précédent