Menu Contenu
Monique Fournier Laurent - « S’investir auprès des jeunes, c’est rester jeune ! »
Monique Fournier Laurent est la preuve que la retraite porte bien mal son nom. Depuis 10 ans, cette habitante de Creil ne cesse de militer pour une citoyenneté active au service de la collectivité. Des convictions dont elle s’est fait l’écho dans plusieurs ouvrages et qui motive son engagement auprès des jeunes, au sein du collectif GR21 et son implication dans sa ville. 
>> Lire la suite...
 

Abonnez-vous!

>> en savoir plus
 
>> Consultez les dernières lettres d'Apriles
 
Où en est le DSL ?
C’est à cette question que s’efforce de répondre l’ouvrage rédigé à deux voix, française et québécoise, Les nouvelles dynamiques du développement social. Ses auteurs, Cyprien Avenel, sociologue et ancien collaborateur de l’Odas, et Denis Bourque, universitaire québécois ont construit leur réflexion autour de quatre questions : le rôle de l’Etat et la contribution des politiques sociales au développement des territoires ; l’ouverture des pratiques professionnelles du champ social à l’intervention collective ; le renforcement de la société civile et de la participation citoyenne ; l’enjeu d’une conception stratégique de la politique sociale comme instrument d’une dynamique de bien commun. Avec en bonus, un regard croisé franco-québécois.

Les nouvelles dynamiques du développement social, Cyprien Avenel, Denis Bourque, Editions Champ social, 2017
 
Accueil arrow Le réseau arrow Les acteurs du mois arrow Maxime Debout : "Rendre la ville plus humaine"
Maxime Debout : "Rendre la ville plus humaine" Convertir en PDF Version imprimable Bookmark and Share Votre email
Maxime Debout est chargé de mission concertation au service politique de la ville de Cherbourg-Octeville. De 2003 à 2008, il a mené une démarche exemplaire d’animation sur le quartier des Provinces dans le cadre d’une Opération de Renouvellement Urbain (ORU). Afin de privilégier la recherche de solutions endogènes et permettre l’appropriation du programme, la mobilisation des habitants prend la forme de fêtes, de concerts, et d’ateliers artistiques en vue de la création d’un ouvrage collectif.



Apriles
: En 1999, vous intégrez dès sa création l’Atelier permanent du paysage. De quoi s’agit-il exactement ?
Maxime Debout : C’est un "Atelier de travail urbain" (ATU) dont la vocation est de faire le lien entre les préoccupations des habitants et celles des élus pour rendre la ville plus humaine. En 1999, la participation est un enjeu fort pour le maire d’Octeville, qui décide avec le concours de la Délégation interministérielle à la ville (Div) de mettre en place cette structure spécialisée. Lorsqu’en 2003, l’Opération de renouvellement urbain (Oru) programme la démolition d’environ 400 logements du quartier d’habitat social des Provinces, l’Atelier lance une démarche d’animation en direction de la population. Ses objectifs ? Faciliter la compréhension du projet urbain par l’ensemble des habitants, favoriser leur implication dans les transformations et permettre ainsi la recherche de solutions endogènes.

A. : Concrètement, comment vous y êtes-vous pris?
M.D. : Dans un premier temps, nous sommes allés à la rencontre des associations culturelles, associations d'habitants ou encore d'éducation populaire, des écoles et autres institutions afin de nous faire connaître. Nous les avons encouragées à réfléchir sur les transformations prévues en leur posant la question suivante : "qu’est ce qui fait ville ?". Nous les avons également interpellées afin qu’elles recherchent des façons d’associer leurs publics. Progressivement, un collectif local d’acteurs de terrain et institutionnels s’est constitué. C’est lui qui portera la démarche d’animation et sera à l’origine d’une multitude de projets conçus avec les habitants.

A. : Ces projets, quels sont-ils ?
M.D. : En janvier 2005, une journée "Surprise à tous les étages !" est organisée pour la dernière "mise en vie" d’un bâtiment avant sa démolition avec toutes les associations partenaires. L’année suivante, les musiciens amateurs du quartier travaillent à la fermeture en musique de la MJC "La Grange" vouée à démolition. Cet événement fédère les associations sportives et culturelles, les habitants, la ville et les associations le 21 juin 2006. En 2007, la fête des familles implique les habitants dans une création artistique mis en scène par une association culturelle. Point d’orgue de la démarche d’animation, l’ouvrage "Des habitants dans une ville qui se transforme" paru en 2008. C’est le fruit d’une animation artistique menée sur le quartier pour constituer une mémoire commune. Il visait à communiquer sur l’avancement du projet et à lutter contre le sentiment d’inquiétude des habitants. Des ateliers photographiques et d’écriture ont ainsi été mis en place avec eux pour créer la matière de l’ouvrage. Ce dernier a été présenté dans le cadre de "Vues sur Ville", une semaine consacrée au renouvellement urbain organisée par la ville et le collectif de la démarche d'animation ORU, en juin 2008.

A. : Qui finance tout ceci ?
M.D. : C’est la municipalité et l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances (Acsé) qui se sont associés pour l’ouvrage. Sinon, les projets ont été financés pour les 2/3 par la ville (soit 23 000 euros) et pour 1/3 par le Contrat urbain de cohésion sociale (soit 11 000 euros). Le Cucs étant établi à l’échelle de la communauté urbaine de Cherbourg–Octeville, la démarche d’animation a donc été l’occasion de rapprocher à la fois les politiques municipale et intercommunale et de lier l’urbain avec le social, dans une forte dynamique de développement. La démarche d’animation est une mise en synergie globale des acteurs très éloignée de l’exercice de communication, qui ne convainc personne et ne crée rien de positif à l’échelle du territoire.

Maxime DEBOUT
Mairie de Cherbourg - Octeville
50130 Cherbourg - Octeville
02 33 87 88 89
Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

Propos recueillis par Sébastien Poulet-Goffard
 
< Précédent   Suivant >