Menu Contenu
Mineurs non accompagnés : une éducatrice témoigne
"Il faut arrêter de considérer ces jeunes comme un problème. Au contraire, c’est une vraie chance de les rencontrer et nous devons nous donner les moyens de les accueillir". L’intervention de Rozenn Le Berre, aux dernières Assises de la Protection de l’Enfance, début juillet, n’a pas laissé le public de l’atelier consacré aux Mineurs non accompagnés indifférent. Pendant un an et demi, cette éducatrice de 28 ans a auditionné des centaines de jeunes migrants, au sein d’un service d’accueil, pour le compte d’un Département. Une expérience indélébile, dont elle a tiré un livre, publié en Janvier dernier aux éditions La Découverte : «De rêves et de papiers. 547 jours avec les mineurs isolés étrangers».
>> Lire la suite...
 

Abonnez-vous!

>> en savoir plus
 
>> Consultez les dernières lettres d'Apriles
 
L’Odas interpelle les présidentiables
Fort de 30 ans d’évaluation des dynamiques locales, l’Odas vient de publier son manifeste pour une meilleure cohésion de notre société. Dans le prolongement des débats qui ont animé ses 10èmes Rencontres nationales, il y développe, à travers des exemples concrets, des propositions dont il souhaite qu’elles inspirent les candidats à la présidentielle. Chaque candidats sera d’ailleurs destinataires du manifeste, à consulter en ligne sur le site de l’Odas www.odas.net 
 
A vacances studieuses rentrée généreuse !
Cette fois, ça y est. Les derniers grains de sable ont déserté nos semelles et le fond de nos sacs ; les pulls ont refait leur apparition ; le téléphone a recommencé à sonner ; les cortèges à défiler... La rentrée est bien là, avec son goût de nostalgie mais aussi le charme de la découverte : nouvelles têtes, nouveaux projets, nouvelles envies nées de ce temps estival suspendu, riche en échanges, lectures, rencontres…
Pour sa newsletter de rentrée, Apriles a choisi de reprendre le fil du temps à la veille de la pause estivale, alors que plusieurs événements ont été l’occasion de nous alimenter en émotions, en réflexions, d’aiguiser notre curiosité pour les mois à venir. Les 10èmes Assises de la Protection de l’Enfance, co-organisées par le Journal des acteurs sociaux et l’Odas, avec la Ville de Paris et en partenariat avec la quasi-totalité des acteurs du secteur, nous ont notamment offert d’entendre la voix de Rozenn Leberre, jeune éducatrice spécialisée, venue raconter son expérience auprès de ces mineurs non accompagnés dont la prise en charge préoccupe les Départements. Un témoignage sans concession à retrouver dans la rubrique Acteur du mois. Il fait écho à la démarche de la Loire Atlantique, pour mettre en place un accueil plus humain de ces jeunes, au sein de familles volontaires.

Fin juin, l’Odas était également aux côtés de l’OCIRP, pour la remise du prix « Acteurs économiques et handicap ». Cette dixième édition a fait la part belle aux innovations numériques et confirmé la mobilisation en faveur de l’inclusion des personnes en situation de handicap. Des tendances également repérées par Apriles à travers l’expérience du restaurant le Reflet, à Nantes, une entreprise ordinaire aux salariés « extraordinaires » et celle d’HabiTED, dans le Nord, qui encourage, à travers l’accession au logement, l’autonomie de jeunes adultes autistes.

Enfin, L’Odas a profité de l’été pour mettre la touche finale à l’étude engagée depuis deux ans avec le CGET "la Gouvernance locale de la cohésion sociale", menée avec neuf villes et deux agglomérations. En attendant une publication, Apriles continue à se faire l’écho des expériences les plus inspirantes identifiées sur les onze territoires engagés dans cette action/recherche, avec ce mois-ci l’exemple de Valenciennes Métropole.

Bonne rentrée à tous et bonne lecture.
 

Valenciennes Métropole, un exemple d’EPCI pleinement engagé dans le champ de la cohésion sociale.
Afin de garantir la cohérence des politiques menées sur son territoire et de renforcer les capacités d’agir des acteurs locaux, dès 2000, les élus de Valenciennes Métropole s’engagent à faire de la politique de la ville1, puis plus largement de la cohésion sociale, un axe fort de la stratégie communautaire, préfigurant ainsi le transfert en 2014 du pilotage de la politique de la ville, des communes vers les EPCI. Dix-sept ans plus tard, cette communauté d’agglomération de 190 000 habitants se distingue par un positionnement original, reconnu par les autres acteurs du territoire : celui d’un EPCI à la fois pilote et ressource pour les communes et les associations locales. Il peut pour cela s’appuyer sur un outil élaboré et animé avec les communes membres, l’Etat, le Département du Nord, la Région, la CAF et de nombreuses associations: le Projet Territorial de Cohésion sociale.
>>Lire la suite

Cette action a été repérée et expertisée dans le cadre de l
'action recherche « Villes et vivre ensemble – La gouvernance locale de la cohésion sociale », menée par l'Odas en partenariat avec le CGET.
 
L’accueil citoyen des mineurs non accompagnés : un dispositif à taille humaine face à l’urgence
Afin d’apporter une solution d’accueil adaptée aux Mineurs non Accompagnés (MNA), le Département de Loire-Atlantique a mis en place en 2016 un accueil par des tiers bénévoles. Des familles volontaires prennent en charge un mineur de manière ponctuelle ou durable, en échange d’une indemnité journalière. Moins coûteux qu’un hébergement classique, l’accueil bénévole est également plus adapté aux besoins d’intégration des MNA.
>>Lire la suite  
 
Le Reflet, un restaurant ordinaire pour travailleurs extraordinaires
Afin de contribuer à changer le regard de la société sur les personnes handicapées et de créer des emplois pour ces personnes dans le milieu ordinaire, l’association Trinôme 44 a ouvert un restaurant dans le centre de Nantes où travailleurs ordinaires et « extraordinaires », atteints de trisomie 21, travaillent ensemble. Baptisé « Le Reflet », le restaurant affiche complet depuis son ouverture en 2016.  
>>Lire la suite
 
HabiTED, un « chez-soi » pour s’initier à l’autonomie
Afin de permettre à des jeunes adultes autistes, souffrant de Troubles envahissants du développement (TED), d’acquérir progressivement leur autonomie, l’association ISRAA (Innover Sensibiliser Réagir pour l’Avenir des personnes Autistes) a initié avec les partenaires institutionnels et associatifs concernés, un dispositif de logement accompagné, HabiTED. Ce dispositif inclusif, implanté sur la commune de Roncq (59), associe 10 logements en milieu ordinaire, regroupés au sein d’une résidence appartenant à un bailleur social, avec un suivi et un accompagnement global des locataires, qui tiennent compte des spécificités liées aux TED. Cet accompagnement quotidien, assuré par une personne dédiée et l’intervention de services à domicile, a notamment été rendu possible grâce à l’attribution de la Prestation de Compensation du Handicap à chacun des locataires, à la mutualisation d’une partie de cette PCH et la mise en place de nouvelles pratiques professionnelles.
>>Lire la suite
 
Quartier de l’Elsau à Strasbourg : quand le sport muscle l’initiative des jeunes
Afin de favoriser l’insertion de jeunes du quartier de l’Elsau, le centre socioculturel et l’Eurométropole de Strasbourg ont encouragé leur initiative de construire une aire d’entraînement de street workout. En s’appuyant sur leur expertise d’usage, les acteurs locaux et les jeunes ont pensé ensemble le mobilier et les conditions de mise en œuvre du projet, tant et si bien que les agrès ainsi créés sont désormais commercialisés et mis en place dans plusieurs autres villes. Une action qui contribue à faire évoluer le regard des jeunes sur les professionnels et inversement, mais aussi à permettre au quartier jusqu’ici enclavé de rayonner dans la métropole.

Cette action a été repérée et expertisée dans le cadre de l'action recherche « Villes et vivre ensemble – La gouvernance locale de la cohésion sociale », menée par l'Odas en partenariat avec le CGET.

>>Lire la suite
 
A Bailleul-sur-Thérain, le Jardin Passerelle cultive le goût de l’école dès le plus jeune âge
Afin de permettre aux enfants et à leurs parents d’aborder sereinement la première rentrée scolaire, la commune de Baïlleul-sur-Thérain a mis en place un « jardin passerelle » en 2016. Ce dispositif permet d’opérer une transition progressive entre les modes de garde individuels et/ou collectifs classiques et l’entrée en école maternelle, en rassemblant un grand nombre de partenaires : Education nationale, ligue de l’enseignement de l’Oise, médiathèque… En outre, le «jardin passerelle» met un point d’honneur à accompagner également les parents dans cette transition et à encourager leur implication future dans la scolarité de leurs enfants. En favorisant le travail en réseau et la création d’un climat de confiance entre enfants, parents et professionnels, le « jardin passerelle » contribue à apaiser les appréhensions des enfants et des parents vis-à-vis de l’entrée à l’école et crée du lien entre les parents et les professionnels du territoire.
>>Lire la suite
 
 

<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivante > Fin >>