Menu Contenu
Claire Bolduc, la québécoise qui défige le monde rural
Sa force de conviction et son enthousiasme feraient reculer l’hiver de la belle la Province ! Derrière sa frange blonde et ses lunettes sages, Claire Bolduc est une boule d’énergie, au service des causes qu’elle défend : le dynamisme des territoires ruraux et une autre façon de faire société , plus durable et respectueuse des ressources environnementales. Depuis plus de 30 ans, alors jeune épouse, puis mère de quatre enfants et aujourd’hui grand-mère comblée, cette quinqua québécoise n’a cessé de s’engager.
>> Lire la suite...
 

Abonnez-vous!

>> en savoir plus
 
>> Consultez les dernières lettres d'Apriles
 
Des formateurs pour les aidants
Dans le cadre de son programme nationale de formation, mené avec le soutien de la CNSA et d’AG2R la MONDIALE, l’Association française des Aidants (l’AFA) lance un appel à contribution. Elle recherche des porteurs de projet (CCAS, CLIC, SAAD…), déjà en lien avec les proches des personnes touchées par la maladie ou le handicap, afin qu’ils organisent sur leur territoire et en impliquant leurs partenaires, des formations à destinations des aidants. L’AFA leur apporte un financement, une méthodologie et un appui aux formateurs. De leurs côtés, les structures intéressées doivent s’inscrire dans une démarche militante de soutien aux valeurs et au projet de l’AFA. Un dossier complet est à disposition sur www.aidants.fr et à retourner avant le 15 septembre 2017 
 
Innover c’est aussi prévenir
Les 3 et 4 juillet prochains, les Assises nationales de la protection de l’enfance, organisées par le Journal des Acteurs Sociaux, en partenariat avec l’Odas, fêteront leurs 10 ans avec une édition exceptionnelle. Quelques 2000 participants sont attendus à Paris pour dresser un bilan des politiques en protection de l’enfance et ouvrir de nouvelles perspectives.
Depuis 10 ans, l’Odas et ses partenaires ne cessent de prôner une logique de prévention, avec une large implication de tous les acteurs concernés par l’enfance sur les territoires, bien au-delà des services de l’aide sociale à l’enfance ou de la prise en charge de l’enfance en danger. Car pour reprendre le proverbe africain : « il faut tout un village pour élever un enfant ». Or, la dernière enquête annuelle de l’Odas sur les dépenses d’action sociale des Départements l’a encore constaté : si « malgré leurs difficultés financières, certains Départements ne renoncent pas à innover, même timidement, en matière de prévention, sans un investissement conséquent, ils ne parviendront pas à limiter des prises en charge coûteuses et trop tardives pour être efficaces ».
C’est pourquoi, Apriles vous a concocté, comme autant de pistes d’inspiration, un florilège d’actions en protection de l’enfance, petite enfance, politique jeunesse. Chacune illustre la part de prise de risque indispensable à toute innovation, les changements de pratiques et de postures attendus des professionnels, la volonté de croire dans les propres ressources des bénéficiaires pour en faire les acteurs de leur destin. Elles prouvent aussi que le lien social reste un rempart contre tout ce qui peut fragiliser les équilibres familiaux et faire des enfants les premières victimes.
A plusieurs et animés de valeurs communes, on est définitivement plus fort. Une leçon d’engagement dont notre acteur du mois, la québécoise Claire Bolduc, est le parfait exemple. Et qu’elle nous encourage à suivre, depuis l’Outre Atlantique.
 

Quartier de l’Elsau à Strasbourg : quand le sport muscle l’initiative des jeunes
Afin de favoriser l’insertion de jeunes du quartier de l’Elsau, le centre socioculturel et l’Eurométropole de Strasbourg ont encouragé leur initiative de construire une aire d’entraînement de street workout. En s’appuyant sur leur expertise d’usage, les acteurs locaux et les jeunes ont pensé ensemble le mobilier et les conditions de mise en œuvre du projet, tant et si bien que les agrès ainsi créés sont désormais commercialisés et mis en place dans plusieurs autres villes. Une action qui contribue à faire évoluer le regard des jeunes sur les professionnels et inversement, mais aussi à permettre au quartier jusqu’ici enclavé de rayonner dans la métropole.

Cette action a été repérée et expertisée dans le cadre de l'action recherche « Villes et vivre ensemble – La gouvernance locale de la cohésion sociale », menée par l'Odas en partenariat avec le CGET.

>>Lire la suite
 
A Baïlleul-sur-Thérain, le Jardin Passerelle cultive le goût de l’école dès le plus jeune âge
Afin de permettre aux enfants et à leurs parents d’aborder sereinement la première rentrée scolaire, la commune de Baïlleul-sur-Thérain a mis en place un « jardin passerelle » en 2016. Ce dispositif permet d’opérer une transition progressive entre les modes de garde individuels et/ou collectifs classiques et l’entrée en école maternelle, en rassemblant un grand nombre de partenaires : Education nationale, ligue de l’enseignement de l’Oise, médiathèque… En outre, le «jardin passerelle» met un point d’honneur à accompagner également les parents dans cette transition et à encourager leur implication future dans la scolarité de leurs enfants. En favorisant le travail en réseau et la création d’un climat de confiance entre enfants, parents et professionnels, le « jardin passerelle » contribue à apaiser les appréhensions des enfants et des parents vis-à-vis de l’entrée à l’école et crée du lien entre les parents et les professionnels du territoire.
>>Lire la suite
 
 
Coup d’Pouce 92 : des relais parentaux pour les familles en difficultés
Afin de venir en aide aux parents confrontés à des difficultés importantes (maladie, hospitalisation, problème familial ou de logement…), les relais parentaux de Coup d’Pouce dans les Hauts-de-Seine accueillent de façon temporaire des enfants, seuls ou en fratrie, hors de toute mesure administrative ou judiciaire. En offrant une formule d’accueil souple, où les parents sont demandeurs, gardent l’initiative du début à la fin, et ont la possibilité de participer à la vie de leur(s) enfant(s) dans les relais, l’association soutient les familles et les aide à traverser une période difficile. En conservant leurs habitudes de vie, en se rendant à la même école, et en vivant au relais avec un petit nombre d’enfants dans une ambiance familiale, les enfants ne sont pas dépaysés. Les relais parentaux se situent dans une démarche de prévention, ils offrent une solution aux parents et permettent d’éviter le recours à une mesure de placement qui n’aurait pas été adaptée à la situation des familles.
>>Lire la suite 
  
 
Sarthe: département et justice coopèrent pour la protection de l'enfance
Afin de pouvoir coopérer sur la mission de protection de l’enfance qu’ils partagent, le conseil départemental de la Sarthe et les services de la justice sur le territoire ont engagé au début des années 2000 une démarche de reconnaissance mutuelle et de connaissances partagées. Pour cela, ils s’appuient sur des actions concrètes : stages des juges pour enfants au sein du conseil départemental, journées d’information et de formation communes ou encore temps de réunions de travail collectives pour le pilotage du dispositif. 
>>Lire la suite
 
Mon ESS à l’école : Quand le meilleur de l’entreprise entre à l’école
Afin de sensibiliser les jeunes à l’Economie sociale et solidaire, un objectif inscrit dans la loi depuis 2014, l’ESPER propose à des professeurs volontaires de s’engager avec leur classe de collège ou de lycée dans une démarche de création d’une entreprise éphémère répondant aux critères de l’ESS. Les élèves s’organisent, créent et font vivre leur entreprise, les adultes (équipe éducative et accompagnateurs de l’ESPER) jouant le rôle d’accompagnateurs. Ces initiatives favorisent une montée en compétences individuelle et collective des élèves et créent une dynamique de classe positive. En favorisant la motivation et l’estime de soi des jeunes, elles contribuent à améliorer les résultats scolaires, à réduire l’absentéisme et les tensions au sein des établissements. C’est en outre pour les élèves l’occasion de découvrir de nouvelles perspectives professionnelles et un atout pour leurs futures recherches de stages et d’emplois. Au-delà des nombreuses compétences qu’ils développeront au travers de cette expérience, ils vont, par la pratique, s’approprier et donner sens aux valeurs d’égalité, de coopération et de solidarité que porte l’Economie Sociale et solidaire. 
>>Lire la suite
 
« Vivre ensemble dans la cité » : les habitants des quartiers s’emparent de la laïcité
Afin de promouvoir la laïcité et favoriser le vivre-ensemble dans les quartiers prioritaires de Limoges, plusieurs associations de la ville se sont réunies pour porter des actions culturelles associant les habitants. Via l’utilisation de différents medium et supports culturels tels que le film, le théâtre et la radio, le projet « vivre ensemble dans la cité » lancé au début de l’année 2015, visait à permettre aux habitants de ces quartiers de se réapproprier la notion de laïcité.
>>Lire la suite 
 

<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivante > Fin >>